«

»

Fév 07 2012

La Route avec Écho Kalypso

La Route avec Écho Kalypso

La route - Les fauves

Il y a de ces fois où l’on fait une découverte vraiment très intéressante en se forçant à écouter les nouveautés. Je fais ce deuxième article à propos de Écho Kalypso parce que je suis littéralement tombé en amour avec leur musique.

J’ai revisité leur site aujourd’hui qui est à l’adresse: www.echokalypso.com et ils m’ont même fait découvrir Midnight Romeo qui sont vraiment bon.

Alors en visitant leur site, j’ai écouté le vidéo clip La Route et j’ai vraiment aimé écouter cette chanson avec les images. On découvre le band dans une répétition comme ils le font souvent j’en suis certain. Une bonne p’tite frette sur le clavier pour se désaltérer et se laisser aller dans ses propres compositions. Vous trouverez cette chanson sur l’album Les Fauves de Écho Kalypso.

Je vous invites alors à découvrir ou redécouvrir à nouveau Écho Kalypso avec ce vidéo de La Route.

Paroles de la chanson La Route de Écho Kalypso

J’ai roulé juqu’à trop trop loin
J’ai longé tous les fossés
Jusqu’à c’que la nuit m’apprivoise

J’ai roulé jusqu’à ce que mon aiguille
Et la fin de mon disque
Wo ho ce synchronisent

J’ai roulé juste pour m’évader
J’ai roulé sans but précis
Le temps que le vent sèche la pluie qui était tombée

Et puis j’ai foncé
J’ai coupé la route en deux
J’ai tout senti éclater
Mais la route je vais la reprendre

J’ai roulé pour ces enfants
Qui n’ont rien à manger
Qui ont tout à offrir

J’ai roulé jusqu’à cette grande nappe
Qui a recouvert les yeux
Bleus atlantique

J’ai roulé comme une tempête
Jour et nuit sans aucune barrière
Des routes d’eau comme des grenades

Et puis j’ai foncé
J’ai coupé la route en deux
J’ai tout senti éclater
Mais la route je vais la reprendre

J’ai beau rouler et suivre à la lettre toutes les indications
J’me retrouve toujours en sens inverse face à la circulation
Et les lignes blanches et le pavé noir me rappelle la domination
Que le pouvoir impose au peuple qui implose face au manque de direction

Poussière et gravier, ciment concassé, compacte sous mes pieds
Les artères remplies d’histoire sillonnent le sol, connectent routes et sentiers
Aller de larmes et de sang et de sueurs, de peur et de rire de joies et d’amour et de coeur
Un domaine où je vais me rappelle qui je suis et d’où je suis partis

Et puis j’ai foncé
J’ai coupé la route en deux
J’ai tout senti éclater
Mais la route je vais la reprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>