Saratoga – Passer l’âge

À pleine main sur ton corps cerné
De toutes ses forces, inventé par le poids des nuits
À boire debout
Peux-tu croire qu'on n'a pas sué de l'hiver

Reviens mettre le trouble
Et une poignée de change dans ma patience
En attendant qu'on retrouve
Le vilain plaisir qu'on s'empêche de passer l'âge

Oublie le bordel arrosé par le jus du fruit du manque d'effort
Soufflons nos regards emboucanés
Je veux te voir comme au premier touché

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *