«

»

Déc 07 2013

La P’tite Grenouille – André Guitar – Chanson du Folklore Québécois

La P’tite Grenouille – André Guitar – Chanson du Folklore Québécois

Les Grandes Chansons...Cochonnes - Various Artists

Voici la fameuse chanson originale de M. André Guitar. Qui ne connait pas cette chanson au Québec?

La petite grenouille dit au crapaud, passe moé trente sous t’auras d’la peau ma christ de chienne
Mais le crapaud lui répondit, moé je ne veux pas sortir la nuit, pis j’garde mes cennes
C’était une chatte et un matou, qui se disaient des p’tits mots doux, en dessous du poêle
Soudain la chatte elle se fâcha et dit : Mon tabarnacle de chat, essaye pas d’m’avoir

Et pis moé quand j’ai vu ça, j’me suis fait faire un graine en bois, deux gosses de laine
On s’est mis à deux pour la crosser, elle ne voulait pas décharger, la p’tite enfant d’chienne
Les p’tites filles à Camburton qui sont chaudes comme des moutonnes, les p’tites bon-illennes
Ca s’décullote sur l’bord d’la côte et puis une botte n’attend pas l’autre avec Antoine

Un habitant ben orgueilleux s’était fait faire une graine de bœuf, grosse comme la mienne
En allant fourrer ses vaches, il me faisait la grimace, Ah! L’enfant d’chienne!
Y’a des p’tites filles à St-Zénon qui aiment ça s’faire pogner les tontons, les p’tites bon-yennes
Si elles portent des culottes fendues c’t’a pour mieux s’faire pogner l’cul, en enfant d’chienne

Un p’tit morpion motocychrist prenant mon trou d’cul pour une piste, roulait sans trève
Quand soudain dans un détour, il fit un dérapage, et puis tombait dans merde

Je ne suis pas curieux, je voudrais bien savoir, pourquoi les filles blondes ont le poil du cul noir
Pourquoi les grosses négresses à 90 ans s’arrachent le poil des fesses pour en faire des brosses à dents

Ah! Si mon coeur était grenouille, je me creuserais un lac
Pis moé j’aime ça quand ça chatouille, quand ça fait flique, flique, flique, flaque

C’est mon oncle Armand sautillant, poignait les fesses de ma tante Alice
Ma tante Germaine se courbait l’corps sur la graine de mon oncle Hector
Fourrez-vous madame Giroux, fourrez-vous madame Giroux, fourrez-vous dans vot’ grand trou

La poche à mon grand-père est au plafond pendue
Ma grand-mère en Saint-Ciboire, lui arrache le poil du cul
Elle monte haut dans l’escabot pour y en extraire le jus
V’la l’escabot par terre, grand-moman su l’ cul

En bicycle à gazoline, avoye donc fendue
Fourre par en avant, oui t’auras de beaux enfants

Les p’tites filles du Rocher Percé, moi j’vous dis qu’elles sont bien faites
Mais elles ne veulent pas faire minette pour un paquet de cigarettes
En bicycle à gazoline, avoye donc fendue
Fourre par en avant, oui t’auras de beaux enfants

Yaou !!!

J’en ai fourré des gaspésiennes, moi j’vous dis qu’elles ont le sang chaud
J’en ai eu pour une semaine à m’frotter le bout d’la graine pis avoir mal aux gorlots

Pogne-moé donc l’cul Germaine, j’te pognerai l’tien t’a l’heure
Tu l’as pas vue ma graine quand elle est à sa longueur
Monte en haut dans ma chambre, étends-toi sur mon lit
Tu l’auras dans ta grande fente, la pissette du Saint-Esprit

C’est la fête de St-Antoine, la fête d’un grand jobbeur
Ma femme s’est trouvée pleine dans s’maine des 40 heures
C’est d’la faute à sa mère, si elle lui a pas cousu
La petite boutonnière à deux pouces du trou d’cul

Si tu m’aimerais chérie, tu me f’rais cuire des nouilles
Et pendant qu’tu y es, tu me sucerais les boules

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>